Cartes des écarts : une approche géospatiale pour estimer les écarts de développement en Hati

Accesible PDF image
Author
Cavalcanti, Leonardo Pacheco Tenório
Fecha
Dec 2021
Ce papier présente les résultants dune analyse des écarts de développement en Hati sur la base dune approche géospatiale. Les écarts sont calculés et caractérisés par des techniques qualitatives et quantitatives, dont des analyses de données macroéconomiques, microéconomiques et géospatiales. Lanalyse identifie et discute 16 écarts sectoriels. Il superpose des écarts sectoriels pour identifier les relations possibles et les effets de renversement entre eux. Les résultats suggèrent que les écarts de transport, déducation de la petite enfance, de crime et dinsécurité sont les plus significatifs en termes de surface et de population affectée. Les résultats montrent également que 24% du territoire national et 9.9% des Hatiens sont affectés par neuf ou plus décarts superposés, particulièrement dans les départements du Nord- Ouest, de lArtibonite et du Centre. En termes de rapports entre les secteurs, les écarts de crime et dinsécurité tendent à se superposer avec les écarts dans léducation de la petite enfance et les opportunités demplois.

Beaucoup de milieux à diversification économique ou décarts dopportunités économiques sont des espaces agricoles avec un accès limité aux services financiers ou de réseau de transports. En outre, les milieux avec une infrastructure inadéquate tendent à se superposer avec les milieux à haut risque de désastres naturels. Enfin, les milieux avec des écarts daccès à la santé tendent à tre superposés aux milieux ayant un accès suffisant à leau et lassainissement. Des combinaisons possibles dinterventions pour sattaquer à ces problèmes englobent mais ne se limitent pas à (i) coordonner les interventions sécuritaires avec les composantes déducation et de marché du travail; (ii) promouvoir les interventions dans le secteur agricole qui ont des composantes financières; (iii) inclure laccès à leau et à lassainissement comme partie de linfrastructure et des campagnes éducatives au sein des interventions sanitaires; et (iv) supporter un plus grand investissement dans des infrastructures résilientes particulièrement les infrastructures importantes de transports, les infrastructures productives et sociales dans le but de réduire limpact et le dommage dues aux désastres